Sunday

n.. Happy New Year!

Wednesday

Merry xmass..!!

do you believe in magic?


Discover Spin Doctors!

Saturday

Sunday

Danish language..

Wednesday

One year back

Friday




Monday

FSF CAKE VSF



n...Sounds from Space.




Sole in Scorpione e Ascendente in Pesci

Comportamento ora fluttuante e ora ambiguo, che nasconde una sensibilità fuori dal comune. Si lascia andare a un'immaginazione straordinaria che, per essere positiva, dovrebbe tradursi in forme artistiche.
Attratto dal mistero, sente il bisogno di mete spirituali. La passionalità inquieta spinge a legarsi con persone che spesso lo fanno soffrire.

Ascendente in Pesci

Le persone con ascendente in PESCI possono facilmente rischiare di perdere la loro identità, particolarmente quando hanno una relazione con qualcuno dalla personalità molto forte.
Queste persone sono simili a uno specchio: mostrano agli altri esattamente quello che loro si aspettano, mentre la vera natura della persona rimane nascosta e vulnerabile.
Sono persone con una grande talento creativo, probabilmente i veri artisti dello zodiaco, indipendentemente da come loro vogliano sfruttare questa loro capacità.
Sono molto sensibili, timidi e con una grande spiritualità. Particolare attenzione va data ai piedi e al sistema linfatico e nervoso.

91 Trigono Sole - Ascendente

Buon giudizio. Voi avrete successo grazie alla vostra volontà e alla vitalità.

52 Quadrato Marte - Ascendente

Siete chiacchieroni, critici e violenti. Il vostro successo è ottenuto con mezzi dubbi.

4 Opposto Giove - Ascendente

Non ascoltate quelli che vi sono intorno, siete pretenziosi e eccedete spesso nel mangiere.

27 Trigono Urano - Ascendente

Siete sempre in cambiamento, siete instabili. Siete pronti ad innovare, e a cambiare ogni cosa. Siete creativi.

8 Quadrato Nettuno - Ascendente

Siete veramente molto influenzabili e fragili. Soffrite molto le delusioni.

Saturday

Wednesday

Monday

Sunday

SoO BEaUtiFULL!:)

Thursday


Wednesday

Alain Daniélou

Monday

Cunape desde Bolivia



INGREDIENTS
two cups yuka flour (almedon de yuka)
two eggs
one tblspoon shortening
one tblspoon sugar
one tsp. salt
two (more to thickness) cups white cheese
three tblspoon milk


PREPARATION
Add all ingredients together in large bowl
knead with hands for ten minutes until dough is very smooth and rollable
make sure dough is not too runny or flat
roll into cookie type balls and lay on greased pan
they will spread once in oven so keep them about 2 in. apart
cook on 350 for about 15 mins. or until lightly golden!!!!!!
PROVECHO!!!!

from Colombia.. Brazilian brigadeiros!



http://www.maria-brazil.org/brigadeiros.htm

en italiano!! :
Ingredienti per 20 Brigadeiros1 lattina di latte condensato2 noci di burro2 cucchiai colmi di cacao amaro
1 tazza di zucchero in granella o di cacao amaro
20 contenitori di carta per pasticcini
In una padella antiaderente far sciogliere a fuoco lento il latte condensato, una noce di burro e il cacao. Continuare la cottura mescolando con un cucchiaio di legno finchè il composto non si addensa al punto da poter vedere il fondo della pentola. A questo punto continuare la cottura per circa due minuti. Togliere il composto dal fuoco e versarlo a raffreddare in una ciotola per un'ora.A parte preparare un piatto cosparso di cacao o granella di zucchero, una ciotola con il burro rimasto ed un vassoio per adagiare i dolcetti.A composto freddo, imburrarsi le mani e formare delle palline di circa tre centimetri di diametro, che si andranno a passare sulla granella di zucchero. Una volta guarniti i Brigadeiros li poserete nei contenitori preparati sul vassoio.Lasciar raffreddare in frigorifero per mezz'ora

Saturday

She's back



ref: High Zero Festival

Friday

Wednesday

Australian Veg Hamburg


Amore
envoyé par lol



- Cook 1.5 cups of lentils (red or green).
- Cook 1 cup of rice.
- 1.5 cups of bread crumbs>add more bread crumbs if mixture is too wet(moist).
- 1/2 cup of chopped parsley.
- 1/2 cup of peanut butter.
- 1 teaspoon of salt.
- 1 tablespoon of soy sauce.
- 1 teaspoon of oregano.
- 1 teaspoon of basil.
- 1 teaspoon of paprika.
- 1.5 cups of grated carrot......................
I use all types of vegetables and I normally put about 3 cups or more of assorted vegetables of (chopped finely or grated)- Corguette(Zucchini), cauliflower, pumpkin, mushrooms, broccoli. You can put any type of vegetable in the recipe as long as it doesn't have too much water(moisture) in them(eg. cucumber-tomato = bad).
Put all ingedients in a large bowl and mix with your hands or large spoon(hands are best). Make mixture into patties/hamburgers and place on an large oiled tray. Cook in oven on low heat(180degrees farenheit/100degrees celcius) for 40-60 minutes or until ready. Store in freezer or fridge and heat in frypan when ready to eat.

In italian:
La ricetta per gli vegie-hamburger è: - Cuoco 1.5 tazze delle lenticchie (rosso o verde). - Cuoco 1 tazza di riso. - 1.5 tazze del crumbs> del pane; aggiunga più briciole di pane se la miscela è troppo bagnata (umido). - tazza di 1/2 di prezzemolo tagliato. - tazza di 1/2 del burro di arachide. - 1 cucchiaino da tè di sale. - 1 cucchiaio da tavola della salsa di soia. - 1 cucchiaino da tè di origano. - 1 cucchiaino da tè di basilico. - 1 cucchiaino da tè di paprica. - 1.5 tazze della carota grattata ...................... Uso tutti i tipi di verdure ed ho messo normalmente circa 3 tazze o più delle verdure assorted (tagliato con precisione o grattato) - di Corguette (zucchini), il cavolfiore, la zucca, i funghi, broccolo. Potete mettere qualunque tipo di verdura nella ricetta finchè esso doesn' la t ha troppa acqua (umidità) in loro (per esempio cetriolo-pomodoro = Male). Metta tutti i ingedients in una grande ciotola e mescoli con le vostre mani o grande cucchiaio (mani sono la cosa migliore). Trasformi la miscela i tortini/hamburger e disponga su un grande vassoio lubrificato. Cucini in forno su a calore ridotto (celcius di 180degrees farenheit/100degrees) per 40-60 minuti o fino a pronto. Immagazzini in congelatore o frigorifero e riscaldi in padella una volta pronto da mangiare.
Have fun

Saturday

There's Photomarathon in Nice!


+ Today..


and Nicolas went to Paris..>

Thursday


Hunger

Saturday

video

Feels just Like it Should!

Tuesday

the Bowline knot


..The snake goes out of his den (which has an upgoing closing door...) make a loop around the tree and then goes back into his den.

>>
Man overboard.

you gotta be able to make this knot with one hand only.
It's gonna save your life.

Monday

Saturday

Nothing about 'give n take'.. but all the rest

Sunday

video

Saturday

Friday

from Tiriroa 'till Nibiru

Sunday

Break / Station ID

Thursday

Traveling with movin'

video

Images from a trip to Kangaroo Island, SA.

"quality had to be reduced way too much for space requirements...zut!"

Tuesday

निम

Nime

Babelgum

Wednesday

Interactive Art

video

The DiDstudio is a research and production centre for digital interactive dance located in Milano.
It is a space of education, information, experimentation and creative residency for whoever is interested in new technologies applied to contemporary dance.
Various dance courses and workshops are organized together with an annual festival where national and international artists working in related fields are invited.
It offers the access to a very well furnished information point (iPoint) on new interactive media applied to art and communication where one can find unpublished material, interviews and exclusive documentation.

The association was created at the Fabbrica del Vapore by choreographer and dancer Ariella Vidach and her partner, scenographer and mixed media artistic director, Claudio Prati in 1996.

Their artistic development explores various techniques for;
  • movement capture,
  • sound design and
  • image elaboration.
[...all to do with the theme of a dialog rising from improvisation... continuous trial and error...]

At first with a raw experimental approach using the Mandala System on an Amiga 3000, they worked with ‘actors’ (variables ~ drama) and ‘icons‘ (constants ~ sound) on chroma key patterns.
i.e. in EXP amplitude modulation appears on expanding colored background bands enabled by the arm movements of the two dancers’ harmonious conflict'.
The limit of this system was established by the contrast and light response.
The result: a not HD rather a deeply underground-electric-blue image .>> ♠ ¡Nice!

The means by which movement is detected changed with the arrival of Polimus Ultratrack where a proper motion capture system was in place with all the constraining cable structure associated.

what's more...
In recent projects, motion is captured by tracking impulses of accellerometers positioned on the skin of the dancer.
>> free << from wires once again,
the body,
[[[ which is music in itself ]]]
now generates real time sounds depending on how it moves within the space.

The development of Inchrome and Auxi software (from Jitter Max msp) opens a new range of creative possibilities relating samples to color - pitch and amplitude to positioning.

The story is always the same” Ariella says “how it is told, that’s what makes the difference"


Ref: http://universal-hologram.com/stock_images.htm

The theme of a fixed structure within which to explore complete freedom is the recurrent approach for improvisation and creativity. That is where construction takes place.

To define its limits and boundaries in a continuously expanding range of possibilities is a matter of sensitivity (intuition) to be then filtered through sensibility (= avere buon senso => to be wise or balanced).

Innovation is in the relationship established with language:
the instrument goes together with aesthetic as the application goes together with meaning.....

Concept elaboration might devolve from crude experimentation but, at the end, what seams to be the state of the matter is: expressing our integrity in the sphere of real needs with rigor and poetry... only repose in opposition to the whole multiplicity of inducted needs coming from.....

ℑ ℑ ℑ
ℑ ℑ ℑ
ℑ ℑ ℑ

Friday

Feed me what?

With teleoperation systems, it is possible to project human presence and perform physical actions in remote and extraterrestrial locations. A single operator could direct a colony of robots in different locations simultaneously, or scattered human experts might collectively control a particular surrogate robot.

Teleoperation systems would have to be more than hand-eye mechanisms. They would have to create kinesthetic feel, providing the sense of orientation, motion and body tension. Robots would have to be semi-autonomous, capable of "intelligent disobedience". With Teleautomation (Conway/Voz/Walker), forward simulation - with time and precision clutches - assists in overcoming the problem of real time-delays, allowing prediction to improve performance.

The experience of Telepresence (Minsky) becomes the high-fidelity illusion of Tele-existence (Tachi). ELECTRONIC SPACE BECOMES A MEDIUM OF ACTION RATHER THAN INFORMATION. It meshes the body with its machines in ever-increasing complexity and interactiveness. The body's form is enhanced and its functions are extended. ITS PERFORMANCE PARAMETERS ARE NEITHER LIMITED BY ITS PHYSIOLOGY NOR BY THE LOCAL SPACE IT OCCUPIES.

Electronic space restructures the body's architecture and multiplies its operational possibilities. The body performs by coupling the kinesthetic action of muscles and machine with the kinematic pure motion of the images it generates.

Ref: http://www.stelarc.va.com.au/

video

by ShivnakaunProductions

Sunday

Life goes on yellow shoes!


L'HOMMEQUI PLANTAIT DES ARBRES de JEAN GIONO

Pour que le caractère d'un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pouvoir observer son action pendant de longues années. Si cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l'idée qui la dirige est d'une générosité sans exemple, s'il est absolument certain qu'elle n'a cherché de récompense nulle part et qu'au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles, on est alors, sans risque d'erreurs, devant un caractère inoubliable. Il y a environ une quarantaine d'années, je faisais une longue course à pied, sur des hauteurs absolument inconnues des touristes, dans cette très vieille région des Alpes qui pénètre en Provence. Cette région est délimitée au sud-est et au sud par le cours moyen de la Durance, entre Sisteron et Mirabeau; au nord par le cours supérieur de la Drôme, depuis sa source jusqu'à Die; à l'ouest par les plaines du Comtat Venaissin et les contreforts du Mont-Ventoux. Elle comprend toute la partie nord du département des Basses-Alpes, le sud de la Drôme et une petite enclave du Vaucluse. C'était, au moment où j'entrepris ma longue promenade dans ces déserts, des landes nues et monotones, vers 1200 à 1300 mètres d'altitude. Il n'y poussait que des lavandes sauvages. Je traversais ce pays dans sa plus grande largeur et, après trois jours de marche, je me trouvais dans une désolation sans exemple. Je campais à côté d'un squelette de village abandonné. Je n'avais plus d'eau depuis la veille et il me fallait en trouver. Ces maisons agglomérées, quoique en ruine, comme un vieux nid de guêpes, me firent penser qu'il avait dû y avoir là, dans le temps, une fontaine ou un puits. Il y avait bien une fontaine, mais sèche. Les cinq à six maisons, sans toiture, rongées de vent et de pluie, la petite chapelle au clocher écroulé, étaient rangées comme le sont les maisons et les chapelles dans les villages vivants, mais toute vie avait disparu. C'était un beau jour de juin avec grand soleil, mais sur ces terres sans abri et hautes dans le ciel, le vent soufflait avec une brutalité insupportable. Ses grondements dans les carcasses des maisons étaient ceux d'un fauve dérangé dans son repas. Il me fallut lever le camp. A cinq heures de marche de là, je n'avais toujours pas trouvé d'eau et rien ne pouvait me donner l'espoir d'en trouver. C'était partout la même sécheresse, les mêmes herbes ligneuses. Il me sembla apercevoir dans le lointain une petite silhouette noire, debout. Je la pris pour le tronc d'un arbre solitaire. A tout hasard, je me dirigeai vers elle. C'était un berger. Une trentaine de moutons couchés sur la terre brûlante se reposaient près de lui. Il me fit boire à sa gourde et, un peu plus tard, il me conduisit à sa bergerie, dans une ondulation du plateau. Il tirait son eau - excellente - d'un trou naturel, très profond, au-dessus duquel il avait installé un treuil rudimentaire. Cet homme parlait peu. C'est le fait des solitaires, mais on le sentait sûr de lui et confiant dans cette assurance. C'était insolite dans ce pays dépouillé de tout. Il n'habitait pas une cabane mais une vraie maison en pierre où l'on voyait très bien comment son travail personnel avait rapiécé la ruine qu'il avait trouvé là à son arrivée. Son toit était solide et étanche. Le vent qui le frappait faisait sur les tuiles le bruit de la mer sur les plages. Son ménage était en ordre, sa vaisselle lavée, son parquet balayé, son fusil graissé; sa soupe bouillait sur le feu. Je remarquai alors qu'il était aussi rasé de frais, que tous ses boutons étaient solidement cousus, que ses vêtements étaient reprisés avec le soin minutieux qui rend les reprises invisibles. Il me fit partager sa soupe et, comme après je lui offrais ma blague à tabac, il me dit qu'il ne fumait pas. Son chien, silencieux comme lui, était bienveillant sans bassesse. Il avait été entendu tout de suite que je passerais la nuit là; le village le plus proche était encore à plus d'une journée et demie de marche. Et, au surplus, je connaissais parfaitement le caractère des rares villages de cette région. Il y en a quatre ou cinq dispersés loin les uns des autres sur les flans de ces hauteurs, dans les taillis de chênes blancs à la toute extrémité des routes carrossables. Ils sont habités par des bûcherons qui font du charbon de bois. Ce sont des endroits où l'on vit mal. Les familles serrées les unes contre les autres dans ce climat qui est d'une rudesse excessive, aussi bien l'été que l'hiver, exaspèrent leur égoïsme en vase clos. L'ambition irraisonnée s'y démesure, dans le désir continu de s'échapper de cet endroit. Les hommes vont porter leur charbon à la ville avec leurs camions, puis retournent. Les plus solides qualités craquent sous cette perpétuelle douche écossaise. Les femmes mijotent des rancoeurs. Il y a concurrence sur tout, aussi bien pour la vente du charbon que pour le banc à l'église, pour les vertus qui se combattent entre elles, pour les vices qui se combattent entre eux et pour la mêlée générale des vices et des vertus, sans repos. Par là-dessus, le vent également sans repos irrite les nerfs. Il y a des épidémies de suicides et de nombreux cas de folies, presque toujours meurtrières. Le berger qui ne fumait pas alla chercher un petit sac et déversa sur la table un tas de glands. Il se mit à les examiner l'un après l'autre avec beaucoup d'attention, séparant les bons des mauvais. Je fumais ma pipe. Je me proposai pour l'aider. Il me dit que c'était son affaire. En effet : voyant le soin qu'il mettait à ce travail, je n'insistai pas. Ce fut toute notre conversation. Quand il eut du côté des bons un tas de glands assez gros, il les compta par paquets de dix. Ce faisant, il éliminait encore les petits fruits ou ceux qui étaient légèrement fendillés, car il les examinait de fort près. Quand il eut ainsi devant lui cent glands parfaits, il s'arrêta et nous allâmes nous coucher. La société de cet homme donnait la paix. Je lui demandai le lendemain la permission de me reposer tout le jour chez lui. Il le trouva tout naturel, ou, plus exactement, il me donna l'impression que rien ne pouvait le déranger. Ce repos ne m'était pas absolument obligatoire, mais j'étais intrigué et je voulais en savoir plus. Il fit sortir son troupeau et il le mena à la pâture. Avant de partir, il trempa dans un seau d'eau le petit sac où il avait mis les glands soigneusement choisis et comptés. Je remarquai qu'en guise de bâton, il emportait une tringle de fer grosse comme le pouce et longue d'environ un mètre cinquante. Je fis celui qui se promène en se reposant et je suivis une route parallèle à la sienne. La pâture de ses bêtes était dans un fond de combe. Il laissa le petit troupeau à la garde du chien et il monta vers l'endroit où je me tenais. J'eus peur qu'il vînt pour me reprocher mon indiscrétion mais pas du tout : c'était sa route et il m'invita à l'accompagner si je n'avais rien de mieux à faire. Il allait à deux cents mètres de là, sur la hauteur. Arrivé à l'endroit où il désirait aller, il se mit à planter sa tringle de fer dans la terre. Il faisait ainsi un trou dans lequel il mettait un gland, puis il rebouchait le trou. Il plantait des chênes. Je lui demandai si la terre lui appartenait. Il me répondit que non. Savait-il à qui elle était ? Il ne savait pas. Il supposait que c'était une terre communale, ou peut-être, était-elle propriété de gens qui ne s'en souciaient pas ? Lui ne se souciait pas de connaître les propriétaires. Il planta ainsi cent glands avec un soin extrême. Après le repas de midi, il recommença à trier sa semence. Je mis, je crois, assez d'insistance dans mes questions puisqu'il y répondit. Depuis trois ans il plantait des arbres dans cette solitude. Il en avait planté cent mille. Sur les cent mille, vingt mille était sortis. Sur ces vingt mille, il comptait encore en perdre la moitié, du fait des rongeurs ou de tout ce qu'il y a d'impossible à prévoir dans les desseins de la Providence. Restaient dix mille chênes qui allaient pousser dans cet endroit où il n'y avait rien auparavant. C'est à ce moment là que je me souciai de l'âge de cet homme. Il avait visiblement plus de cinquante ans. Cinquante-cinq, me dit-il. Il s'appelait Elzéard Bouffier. Il avait possédé une ferme dans les plaines. Il y avait réalisé sa vie. Il avait perdu son fils unique, puis sa femme. Il s'était retiré dans la solitude où il prenait plaisir à vivre lentement, avec ses brebis et son chien. Il avait jugé que ce pays mourait par manque d'arbres. Il ajouta que, n'ayant pas d'occupations très importantes, il avait résolu de remédier à cet état de choses. Menant moi-même à ce moment-là, malgré mon jeune âge, une vie solitaire, je savais toucher avec délicatesse aux âmes des solitaires. Cependant, je commis une faute. Mon jeune âge, précisément, me forçait à imaginer l'avenir en fonction de moi-même et d'une certaine recherche du bonheur. Je lui dis que, dans trente ans, ces dix mille chênes seraient magnifiques. Il me répondit très simplement que, si Dieu lui prêtait vie, dans trente ans, il en aurait planté tellement d'autres que ces dix mille seraient comme une goutte d'eau dans la mer. Il étudiait déjà, d'ailleurs, la reproduction des hêtres et il avait près de sa maison une pépinière issue des faînes. Les sujets qu'il avait protégés de ses moutons par une barrière en grillage, étaient de toute beauté. Il pensait également à des bouleaux pour les fonds où, me dit-il, une certaine humidité dormait à quelques mètres de la surface du sol. Nous nous séparâmes le lendemain. L'année d'après, il y eut la guerre de 14 dans laquelle je fus engagé pendant cinq ans. Un soldat d'infanterie ne pouvait guère y réfléchir à des arbres. A dire vrai, la chose même n'avait pas marqué en moi : je l'avais considérée comme un dada, une collection de timbres, et oubliée. Sorti de la guerre, je me trouvais à la tête d'une prime de démobilisation minuscule mais avec le grand désir de respirer un peu d'air pur. C'est sans idée préconçue - sauf celle-là - que je repris le chemin de ces contrées désertes. Le pays n'avait pas changé. Toutefois, au-delà du village mort, j'aperçus dans le lointain une sorte de brouillard gris qui recouvrait les hauteurs comme un tapis. Depuis la veille, je m'étais remis à penser à ce berger planteur d'arbres. « Dix mille chênes, me disais-je, occupent vraiment un très large espace ». J'avais vu mourir trop de monde pendant cinq ans pour ne pas imaginer facilement la mort d'Elzéar Bouffier, d'autant que, lorsqu'on en a vingt, on considère les hommes de cinquante comme des vieillards à qui il ne reste plus qu'à mourir. Il n'était pas mort. Il était même fort vert. Il avait changé de métier. Il ne possédait plus que quatre brebis mais, par contre, une centaine de ruches. Il s'était débarrassé des moutons qui mettaient en péril ses plantations d'arbres. Car, me dit-il (et je le constatais), il ne s'était pas du tout soucié de la guerre. Il avait imperturbablement continué à planter. Les chênes de 1910 avaient alors dix ans et étaient plus hauts que moi et que lui. Le spectacle était impressionnant. J'étais littéralement privé de parole et, comme lui ne parlait pas, nous passâmes tout le jour en silence à nous promener dans sa forêt. Elle avait, en trois tronçons, onze kilomètres de long et trois kilomètres dans sa plus grande largeur. Quand on se souvenait que tout était sorti des mains et de l'âme de cet homme - sans moyens techniques - on comprenait que les hommes pourraient être aussi efficaces que Dieu dans d'autres domaines que la destruction. Il avait suivi son idée, et les hêtres qui m'arrivaient aux épaules, répandus à perte de vue, en témoignaient. Les chênes étaient drus et avaient dépassé l'âge où ils étaient à la merci des rongeurs; quant aux desseins de la Providence elle-même, pour détruire l'oeuvre créée, il lui faudrait avoir désormais recours aux cyclones. Il me montra d'admirables bosquets de bouleaux qui dataient de cinq ans, c'est-à-dire de 1915, de l'époque où je combattais à Verdun. Il leur avait fait occuper tous les fonds où il soupçonnait, avec juste raison, qu'il y avait de l'humidité presque à fleur de terre. Ils étaient tendres comme des adolescents et très décidés. La création avait l'air, d'ailleurs, de s'opérer en chaînes. Il ne s'en souciait pas; il poursuivait obstinément sa tâche, très simple. Mais en redescendant par le village, je vis couler de l'eau dans des ruisseaux qui, de mémoire d'homme, avaient toujours été à sec. C'était la plus formidable opération de réaction qu'il m'ait été donné de voir. Ces ruisseaux secs avaient jadis porté de l'eau, dans des temps très anciens. Certains de ces villages tristes dont j'ai parlé au début de mon récit s'étaient construits sur les emplacements d'anciens villages gallo-romains dont il restait encore des traces, dans lesquelles les archéologues avaient fouillé et ils avaient trouvé des hameçons à des endroits où au vingtième siècle, on était obligé d'avoir recours à des citernes pour avoir un peu d'eau. Le vent aussi dispersait certaines graines. En même temps que l'eau réapparut réapparaissaient les saules, les osiers, les prés, les jardins, les fleurs et une certaine raison de vivre. Mais la transformation s'opérait si lentement qu'elle entrait dans l'habitude sans provoquer d'étonnement. Les chasseurs qui montaient dans les solitudes à la poursuite des lièvres ou des sangliers avaient bien constaté le foisonnement des petits arbres mais ils l'avaient mis sur le compte des malices naturelles de la terre. C'est pourquoi personne ne touchait à l'oeuvre de cet homme. Si on l'avait soupçonné, on l'aurait contrarié. Il était insoupçonnable. Qui aurait pu imaginer, dans les villages et dans les administrations, une telle obstination dans la générosité la plus magnifique ? A partir de 1920, je ne suis jamais resté plus d'un an sans rendre visite à Elzéard Bouffier. Je ne l'ai jamais vu fléchir ni douter. Et pourtant, Dieu sait si Dieu même y pousse ! Je n'ai pas fait le compte de ses déboires. On imagine bien cependant que, pour une réussite semblable, il a fallu vaincre l'adversité; que, pour assurer la victoire d'une telle passion, il a fallu lutter avec le désespoir. Il avait, pendant un an, planté plus de dix mille érables. Ils moururent tous. L'an d'après, il abandonna les érables pour reprendre les hêtres qui réussirent encore mieux que les chênes. Pour avoir une idée à peu près exacte de ce caractère exceptionnel, il ne faut pas oublier qu'il s'exerçait dans une solitude totale; si totale que, vers la fin de sa vie, il avait perdu l'habitude de parler. Ou, peut-être, n'en voyait-il pas la nécessité ? En 1933, il reçut la visite d'un garde forestier éberlué. Ce fonctionnaire lui intima l'ordre de ne pas faire de feu dehors, de peur de mettre en danger la croissance de cette forêt naturelle. C'était la première fois, lui dit cet homme naïf, qu'on voyait une forêt pousser toute seule. A cette époque, il allait planter des hêtres à douze kilomètres de sa maison. Pour s'éviter le trajet d'aller-retour - car il avait alors soixante-quinze ans - il envisageait de construire une cabane de pierre sur les lieux mêmes de ses plantations. Ce qu'il fit l'année d'après. En 1935, une véritable délégation administrative vint examiner la « forêt naturelle ». Il y avait un grand personnage des Eaux et Forêts, un député, des techniciens. On prononça beaucoup de paroles inutiles. On décida de faire quelque chose et, heureusement, on ne fit rien, sinon la seule chose utile : mettre la forêt sous la sauvegarde de l'Etat et interdire qu'on vienne y charbonner. Car il était impossible de n'être pas subjugué par la beauté de ces jeunes arbres en pleine santé. Et elle exerça son pouvoir de séduction sur le député lui-même. J'avais un ami parmi les capitaines forestiers qui était de la délégation. Je lui expliquai le mystère. Un jour de la semaine d'après, nous allâmes tous les deux à la recherche d'Elzéard Bouffier. Nous le trouvâmes en plein travail, à vingt kilomètres de l'endroit où avait eu lieu l'inspection. Ce capitaine forestier n'était pas mon ami pour rien. Il connaissait la valeur des choses. Il sut rester silencieux. J'offris les quelques oeufs que j'avais apportés en présent. Nous partageâmes notre casse-croûte en trois et quelques heures passèrent dans la contemplation muette du paysage. Le côté d'où nous venions était couvert d'arbres de six à sept mètres de haut. Je me souvenais de l'aspect du pays en 1913 : le désert... Le travail paisible et régulier, l'air vif des hauteurs, la frugalité et surtout la sérénité de l'âme avaient donné à ce vieillard une santé presque solennelle. C'était un athlète de Dieu. Je me demandais combien d'hectares il allait encore couvrir d'arbres. Avant de partir, mon ami fit simplement une brève suggestion à propos de certaines essences auxquelles le terrain d'ici paraissait devoir convenir. Il n'insista pas. « Pour la bonne raison, me dit-il après, que ce bonhomme en sait plus que moi. » Au bout d'une heure de marche - l'idée ayant fait son chemin en lui - il ajouta : « Il en sait beaucoup plus que tout le monde. Il a trouvé un fameux moyen d'être heureux ! » C'est grâce à ce capitaine que, non seulement la forêt, mais le bonheur de cet homme furent protégés. Il fit nommer trois gardes-forestiers pour cette protection et il les terrorisa de telle façon qu'ils restèrent insensibles à tous les pots-de-vin que les bûcherons pouvaient proposer. L'oeuvre ne courut un risque grave que pendant la guerre de 1939. Les automobiles marchant alors au gazogène, on n'avait jamais assez de bois. On commença à faire des coupes dans les chênes de 1910, mais ces quartiers sont si loin de tous réseaux routiers que l'entreprise se révéla très mauvaise au point de vue financier. On l'abandonna. Le berger n'avait rien vu. Il était à trente kilomètres de là, continuant paisiblement sa besogne, ignorant la guerre de 39 comme il avait ignoré la guerre de 14. J'ai vu Elzéard Bouffier pour la dernière fois en juin 1945. Il avait alors quatre-vingt-sept ans. J'avais donc repris la route du désert, mais maintenant, malgré le délabrement dans lequel la guerre avait laissé le pays, il y avait un car qui faisait le service entre la vallée de la Durance et la montagne. Je mis sur le compte de ce moyen de transport relativement rapide le fait que je ne reconnaissais plus les lieux de mes dernières promenades. Il me semblait aussi que l'itinéraire me faisait passer par des endroits nouveaux. J'eus besoin d'un nom de village pour conclure que j'étais bien cependant dans cette région jadis en ruine et désolée. Le car me débarqua à Vergons. En 1913, ce hameau de dix à douze maisons avait trois habitants. Ils étaient sauvages, se détestaient, vivaient de chasse au piège : à peu près dans l'état physique et moral des hommes de la préhistoire. Les orties dévoraient autour d'eux les maisons abandonnées. Leur condition était sans espoir. Il ne s'agissait pour eux que d'attendre la mort : situation qui ne prédispose guère aux vertus. Tout était changé. L'air lui-même. Au lieu des bourrasques sèches et brutales qui m'accueillaient jadis, soufflait une brise souple chargée d'odeurs. Un bruit semblable à celui de l'eau venait des hauteurs : c'était celui du vent dans les forêts. Enfin, chose plus étonnante, j'entendis le vrai bruit de l'eau coulant dans un bassin. Je vis qu'on avait fait une fontaine, qu'elle était abondante et, ce qui me toucha le plus, on avait planté près d'elle un tilleul qui pouvait déjà avoir dans les quatre ans, déjà gras, symbole incontestable d'une résurrection. Par ailleurs, Vergons portait les traces d'un travail pour l'entreprise duquel l'espoir était nécessaire. L'espoir était donc revenu. On avait déblayé les ruines, abattu les pans de murs délabrés et reconstruit cinq maisons. Le hameau comptait désormais vingt-huit habitants dont quatre jeunes ménages. Les maisons neuves, crépies de frais, étaient entourées de jardins potagers où poussaient, mélangés mais alignés, les légumes et les fleurs, les choux et les rosiers, les poireaux et les gueules-de-loup, les céleris et les anémones. C'était désormais un endroit où l'on avait envie d'habiter. A partir de là, je fis mon chemin à pied. La guerre dont nous sortions à peine n'avait pas permis l'épanouissement complet de la vie, mais Lazare était hors du tombeau. Sur les flans abaissés de la montagne, je voyais de petits champs d'orge et de seigle en herbe; au fond des étroites vallées, quelques prairies verdissaient. Il n'a fallu que les huit ans qui nous séparent de cette époque pour que tout le pays resplendisse de santé et d'aisance. Sur l'emplacement des ruines que j'avais vues en 1913, s'élèvent maintenant des fermes propres, bien crépies, qui dénotent une vie heureuse et confortable. Les vieilles sources, alimentées par les pluies et les neiges que retiennent les forêts, se sont remises à couler. On en a canalisé les eaux. A côté de chaque ferme, dans des bosquets d'érables, les bassins des fontaines débordent sur des tapis de menthes fraîches. Les villages se sont reconstruits peu à peu. Une population venue des plaines où la terre se vend cher s'est fixée dans le pays, y apportant de la jeunesse, du mouvement, de l'esprit d'aventure. On rencontre dans les chemins des hommes et des femmes bien nourris, des garçons et des filles qui savent rire et ont repris goût aux fêtes campagnardes. Si on compte l'ancienne population, méconnaissable depuis qu'elle vit avec douceur et les nouveaux venus, plus de dix mille personnes doivent leur bonheur à Elzéard Bouffier. Quand je réfléchis qu'un homme seul, réduit à ses simples ressources physiques et morales, a suffi pour faire surgir du désert ce pays de Canaan, je trouve que, malgré tout, la condition humaine est admirable. Mais, quand je fais le compte de tout ce qu'il a fallu de constance dans la grandeur d'âme et d'acharnement dans la générosité pour obtenir ce résultat, je suis pris d'un immense respect pour ce vieux paysan sans culture qui a su mener à bien cette oeuvre digne de Dieu.

Friday

Nice break


Here's a cool idea: a guy decided to put on the web the side of Nice that he likes the most ... very nice..!

Have a look: MyNiceTV

Sunday

I have a dream..

Broadcasting 'The Soul of the Earth' :
  • Native conversations on traditional habits and beliefs.
  • Nature Sounds -> long full on sessions from all around the world.
  • Electroacoustic music compositions -> distributed for sound surround.
" I have a dream" by Dominique Rémond.
En memoire du discours de Martin Luther King.
References:

Tuesday

The Luge

video

Saturday



~ ~ ~ ~

Monday

Distributed performances

www.noplacard.org/

Listen

**

Read

**

Watch

Tuesday

Worms


video

This is the result of the last collaboration with the Media Department of Adelaide University.

"I am really thankful to you guys... for your will in keeping on working together in spite of distance...!"